lundi 6 octobre 2008

Le piratage d'oeuvre culturelle

La copie légal ou non a fait son apparition depuis la nuit des temps. Du simple fait de copier une image d'un support A à une support B est une copie. Par contre, le faire en étant ou non autorisé par l'auteur original est une autre histoire.

De ce principe, les copies se sont développés. Copie de tableau a des fin de protection ou de détournement, de films, musiques, photographies,...

Mais avec l'avènement d'internet, la copie d'oeuvre c'est propager d'un bout à l'autre de la planète, surtout pour les oeuvres numériques. Aujourd'hui, il est possible de copier le dernier single du dernier artiste à la mode se trouvant sur un ordinateur au Japon vers la France, ou toutes autre combinaison vous passant par la tête, aussi simplement que de tartiner votre tartine de pain, avec un simple logiciel installé sur son ordinateur. C'est aussi simple de trouver une image, un photo ou le dernier logiciel ou système d'exploitation à la mode.

Il est vrai que les artistes, les photographes, les concepteur et distributeur de logiciel gagne sur notre dos des sommes faramineuses et que copier un morceau par-ci, un morceau par-là, ne leur prend presque rien au niveau d'un personne. Mais ramené à l'échelle de la planète, c'est énorme.

D'ailleurs, pourquoi vouloir s'acharner à vouloir le dernier X ou Y à la mode alors que, pour les logiciels par exemple, il existe des équivalents complètement gratuit ? Pour faire comme tout le monde ? Si on trouve ça chère, pourquoi ne pas se tourner vers une solution moins chère ? jouer au mouton est-il si amusant ? Ou est-ce de singer la firme de vente de logiciel qui plait à tout le monde ? Pour ma part, le choix est fait, la copie illégal n'est pas mon truc.
Plutot que de payer ou de pirater un logiciel bien cher, je préfère voir si un équivalente gratuit existe.

Vous allez me dire : "Ok Fred, mais je fais comment pour la musique, les photos ou encore les films ?"

Le bute de cette pensée est un peu de vous amener à penser autrement. Laisser tomber les auteurs à succès (par exemple en informatique Microsoft Windows), pour d'autre qui en ont moins (toujours en informatique GNU Linux, FreeBSD, NetBSD, OpenBSD, OpenSolaris,...). Pour réduire les coût, d'autre solution peuvent-être : attendre qu'un film sorte en DVD pour le voir à plusieurs, éviter de le pirater, cela veux dire ne pas se mettre un ayant droit à dos tout en lui demandant de baisser ses tarifs, car, un jour ou l'autre, si vous pirater ça vous retombera dessus.

Promouvoir ce qui n'est pas cher est un gage pour faire descendre les tarifs et de maintenir son pouvoir d'achat. Et tout ça en restant dans la légalité.

Aucun commentaire: